Loading the content...
Navigation
adresseAuditoriumNantes
Tag archives for:

test

BOWERS & WILKINS nouvelle série 800 D4 : évolution ou révolution ?

Nous commençons à recevoir la nouvelle série 800 D4, nouvel opus de l’aventure du très haut de gamme de chez Bowers & Wilkins. Pour passer très vite sur la genèse de ces bijoux, sachez simplement que B&W améliore inlassablement depuis 40 ans cette vision de John Bowers, qui voulait créer les meilleures enceintes de hifi et de studio du monde. Pour le reste, le site de B&W est excessivement bien fait…Inutile d’espérer que je vous livre ici nos premières impressions d’écoute, les bêtes ont besoin d’un long rodage, et nous, nous avons besoin d’affuter nos oreilles et de jouer avec… Non, tout ce que je vais tenter de vous décrire aujourd’hui, ce sont nos premières impressions esthétiques, les modifications les plus criantes par rapport à la génération précédente. Visiblement, le plus gros travail a été effectué sur la rigidité et donc la neutralité du coffret. De grosses quantités de plaques d’aluminium, judicieusement disposées, rendent ces magnifiques objets encore moins susceptibles de communiquer une quelconque coloration ou distorsion. Une nouvelle suspension en composite remplace aussi la suspension en tissu du medium en continuum, pour des raisons similaires. Enfin, un habillage de cuir sur le dessus, ainsi qu’une nouvelle finition viennent compléter ce tableau. B&W ne faisant jamais les choses à moitié, une vidéo extrèmement bien faite décrit ces différents points. A première vue, donc, ce nouvel opus est plus une évolution qu’une révolution, contrairement à la précédente génération, la D3. Elle avait été complètement remise à plat, inaugurant en particulier cette nouvelle méthode de formage des coffrets, et le nouveau matériau des mediums, le continuum, qui a fait basculer cette série dans un autre monde. L’écoute nous dira si je me trompe ici ou non ! Deux enceintes centrales sont aussi disponibles, pour construire un système 5.1 vraiment exceptionnel. Avis aux amateurs, Il nous reste deux de nos modèles d’exposition, une 802 D3 noire, et une 803 D3 blanche sur lesquels nous faisons des prix trés intéressants, elles n’ont que l’inconvénient d’être rodées… n’ayant jamais quitté notre auditorium (voir la page occasion).

B&W 805 D4 : 8000 € la paire 804 D4 : 12500 € 802 D4 : 26000 € 801 D4 : 35000 €

La nouvelle gamme EMIT

Nous venons de recevoir la nouvelle gamme EMIT de Dynaudio, une toute nouvelle mouture des « anciennes » Emit M10, M20… le premier pas dans le monde de la marque danoise. Mais plus qu’une évolution, cela ressemble à une révolution, à tout le moins à un sérieux putsch ! L’information était sous embargo depuis plusieurs semaines, et Dynaudio avait soigneusement protégé cette sortie, à la façon d’Apple… Pour tout vous dire, nous ne faisions pas l’ancienne gamme Emit, qui ne faisait pas partie de nos enceintes sélectionnées dans leur gamme de prix. Sur leur descriptif, ces nouvelles enceintes ont par contre tous les atouts pour devenir de nouvelles étoiles dans le ciel de la Hifi abordable. Nous avons craqué, vous aurez nos commentaires d’écoute dans quelques semaines, après rodage et tests. Dans l’immédiat, ce que je peux vous révéler sans risque de me tromper, c’est qu’esthétiquement, tout change. Sans réinventer l’esthétique de l’enceinte, elles s’intégreront avec élégance dans n’importe quel intérieur, ce qui n’était pas forcément le cas de la gamme précédente. Super bien fabriquées, les caisses sont en MDF de 18mm, avec tous les renforts qui faut là où il faut, un matériau amortissant qui ne semble pas les étouffer, pas de vis apparentes autour des transducteurs, un baffle avant avec une superbe laque satinée, cela respire le sérieux et la belle qualité. Pour la musicalité, elles misent sur le tweeter Cerotar de leurs grandes sœurs, les EVOKE, et sur des mediums et woofers basés sur la même série. Dynaudio nous a cependant assuré qu’elles ne sonnaient pas tout à fait aussi bien que les Evoke… Vu la différence de prix, cela poserait problème ! mais visiblement les hommes de Dynaudio sont très fiers de leurs derniers bébés. La gamme est sobre, deux biblio destinées à des surfaces de 20 à 35 m2, deux colonnes pour les pièces au-delà, avec une « grande » 50 assez impressionnante, destinée aux grands espaces. Dynaudio dans son histoire a sorti nombre de références qui restent dans les mémoires des audiophiles, je gage que ces EMIT resteront dans l’histoire comme les premières enceintes Haute Fidélité de nombre d’amoureux de la musique. Profitez de l’été pour venir les écouter !

EMIT 10 : 730 € la paire    EMIT 20 : 950 €      EMIT 30 : 1500 €     EMIT 50 : 2000 € 

EMIT 25C (enceinte centrale) : 680 € l’unité

PYLON AUDIO, surprise polonaise !

Pylon, j’avais lu le nom, mais en terme de résultat d’écoutes, inconnu au bataillon ! Aussi quand Jefferson, le sympathique importateur de la marque, m’a demandé il y a quelques semaines si je voulais découvrir ces enceintes, je n’ai pu qu’acquiescer, curiosité oblige, avec au fond de ma tête, je le confesse, un doute profond sur la capacité de ces inconnues à faire mieux que les marques que nous avons minutieusement et longuement sélectionnées… Résultat, pour faire court, Pylon Audio a rejoint aujourd’hui notre écurie ! Le rapport qualité/prix de ces enceintes est en effet proprement bluffant. Il faut dire que si Pylon est une relative jeune entreprise, créée en 2011, elle fabrique pour des dizaines de marques leurs coffres. Voilà pour la finition, vraiment exceptionnelle à ce prix. Mais pas que, le résultat musical est bien là. Ne parler que de ce rapport qualité prix serait terriblement réducteur, ce sont d’abord de superbes reproducteurs de musique, un point c’est tout, le reste, c’est la cerise sur le gâteau. Deux gammes actuellement au magasin, on commence juste, mais le catalogue est un des plus large que je connaisse, avec plus de 8 gammes déjà disponibles rien que pour les enceintes et un choix de finitions proprement ahurissant. Pylon, grâce à toutes les qualités de la marque citées au dessus à tout pour venir un des poulains les plus fidèle de notre écurie. Pour les résultats d’écoute des SAPPHIRE 25 et DIAMOND 25 déjà présentes au magasin, je vous les propose dans un autre article. Mais pas d’inquiétudes, nous sommes déjà conquis par leur musicalité et les premiers testeurs aussi !

Les Sapphire 25, les Ruby 20, et les Diamond 25 sont les enceintes Pylon actuellement en écoute à l’Auditorium de Nantes ! N’hésitez pas à venir les écouter et les tester, vous pouvez aussi prendre rendez vous si vous souhaitez faire une écoute comparative et prendre votre temps avec un de nos experts.

DYNAUDIO HERITAGE : EDITION LIMITEE..

Que ce soit tout de suite clair, ces enceintes n’ont de limité – 2500 exemplaires pour le Monde – que le titre, elles nous ont littéralement renversé, mais rembobinons…Dynaudio a un talent particulier pour concocter de loin en loin des « séries spéciales », séries limitées hors de toute gamme, dans lesquelles les concepteurs de la marque déversent tous leurs fantasmes et leur talent. On se souvient avec émotion de l’extraordinaire succès des « 25ième anniversaire », la DYNAUDIO HERITAGE ne revendique aucune particularité esthétique marquée, autre que la volonté de revenir aux sources. Le postulat est en effet d’utiliser les meilleurs composants de la marque, dans un format hyper compact : le tweeter est un ESOTAR 3, présent dans la gamme Confidence, c’est le tweeter le plus évolué jamais produit par Dynaudio – le woofer 18W75 XL SPECIAL est décliné du HP de légende qui équipait l’Evidence des enceintes à plus de 80 000 € – le filtre utilise des composants du fabriquant allemand Mundorf, dont les condensateurs Evo Oil, le top actuel – le câblage vient de chez Van Den Hull, et les connecteurs sont des WBT 710 Nextgen. Tout cela hébergé par un cabinet en MDF de 19 mm plaqué en noyer d’Amérique harmonisé par paire, avec renforts internes et enduit bitumineux. Un concentré de savoir-faire qui va bien au-delà de la simple volonté de faire une enceinte vintage comme certains esprits chagrins pourraient le penser. Lorsqu’elles se mettent à chanter, ce qui frappe tout de suite, c’est la Présence, tout est là, à sa place, et c’est large, profond, tout simplement vrai. Que vous dire de plus, elles descendent dans le grave beaucoup plus que leur taille ne le laisserait soupçonner, mais sans artifice aucun. Lorsque l’on choisit de référencer une paire d’enceintes, une électronique, un câble… on écoute nos disques références en s’arrêtant sur les détails qui font la différence. Ces Heritage, nous les avons écoutées à peine 5 mn en équipe, nous avons pris notre décision, et ensuite nous avons écouté de la musique, longtemps… C’est pour cela qu’elles sont faites. Mais attention, il n’y en aura que 2500…

Dynaudio HERITAGE : 6000 € la paire

Site de Dynaudio

HEGEL H95 : ALL YOU NEED…

HEGEL H95 BLOGLe HEGEL H95 – amplificateur, convertisseur, streamer – est un sacré pavé dans la mare, une divine surprise. Avec son tarif largement inférieur à 2000 €, il fait énormément de choses, et surtout beaucoup de musique. Hegel est une nouvelle marque pour nous, bien qu’elle existe depuis plus de 30 ans – un peu moins que nous, mais bon… – et nous abordons ses productions avec curiosité et attention, sans idée pré-conçue. Le nouvel importateur de la marque nous a en effet confié le H120 quelques semaines pendant l’été, et nous avons très vite craqué sur le rapport prix/musicalité/fonctionnalités de la bête. Voilà comment une nouvelle marque rentre dans un magasin indépendant ! Il faut que cette magie s’opère pour que nos portes s’ouvrent, j’ai pu vous raconter dans d’autres écrits comment nous passions une grande partie de notre temps à tester du matériel. Le H95, tout nouvel arrivant, est aussi peu démonstratif dans sa robe très discrète, qu’il est expansif lorsque le courant le parcourt ! Plus…

AUDIO ANALOGUE : MAESTRO Anniversary !

MAESTRO ANNIVERSARYLe MAESTRO Anniversary, le gros intégré d’AUDIO ANALOGUE, vient de prendre place sur nos étagères, enfin, c’est une figure de style, avec ses 31 kgs, la bestiole préfère le meuble hifi à une étagère de bibliothèque ! Il y a quelques mois, je vous avais parlé avec enthousiasme du Puccini de la marque, et là, folie, lors du dernier passage de mon ami Giuseppe Blanda, je lui ai commandé son Maestro. Ce n’est pas forcément le moment, mais je suis tombé amoureux de cet ampli, et que voulez-vous, dans ce cas, on ne compte pas ! Bien entendu, c’est à l’écoute que la bête a fait la différence, mais tous les clignotants étaient au vert pour nous séduire. D’abord c’est un Audio Analogue, et c’est un tel plaisir de travailler avec ces italiens attachants et délicieusement professionnels. Voir Giuseppe, avec le plus grand sérieux et la plus grande fierté, dévisser le capot supérieur de son bébé pour montrer ses entrailles est unique et réconfortant. Ça, c’est le ensuite, les italiens aiment les belles choses, et regarder cette électronique parfaitement agencée est aussi réjouissant que de contempler ce qu’il y a sous le capot d’une Ferrari ! Si cela vous intéresse, vous pourrez aller voir sur le site d’Audio Analogue, très bien documenté, les principes de conception du Maestro, sachez que les circuits de pré-amplification comme ceux d’amplification sont en véritable double mono, et la taille des deux transfos ne laisse aucune place au doute quant à sa capacité à tenir les plus gourmandes des enceintes. Bon, l’ampli est gros, très gros, esthétiquement il me rappelle mes Mark Levinson ML2, ceux qui connaissent comprendront. L’écoute est privilégiée par rapport au côté lifestyle… A l’écoute justement, on pourrait s’attendre à un grave hypertrophié, histoire de montrer que les muscles sont là, c’est tout le contraire, c’est suave, doux, ample, puissant bien sûr, mais sans trace de brutalité. Cette tendance s’affirme dans les registres medium et aigus, raffinés, lumineux. Ce n’est pas Agnes Obel, dans Camera’s rolling, qui va me contredire. Avec des enceintes à la hauteur,  la scène sonore est foisonnante, précise et infiniment large et profonde. Mais nous n’en sommes qu’au début, le Maestro fait partie de ces appareils que l’on a envie d’écouter, et d’écouter encore, de marier avec tout ce qui porte membrane, c’est un passeur d’émotions comme nous les aimons. Une rareté aujourd’hui, c’est un ampli à l’ancienne, purement analogique, même pas de sortie casque ! Je suis assez frustré, compte tenu des événements, nous ne pouvons encore organiser de week-ends d’écoute, alors que nous en mourons d’envie, mais n’hésitez pas à venir l’écouter, je suis sûr que comme nous, vous tomberez sous son charme.

AUDIO ANALOGUE MAESTRO ANNIVERSARY : 7 700 €

REGA IO : petit mais costaud !

REGA IO BLOGLe nouvel ampli de REGA, le REGA IO,  ne brille pas par son apparence, une boite en alu plutôt petite, dépourvue de tout artifice de design, ici le ramage prend nettement le pas sur le plumage, c’est tout REGA, ça. En effet dès que l’on a branché le jouet, qu’on l’a raccordé à une paire d’enceintes DALI MENUET par exemple, et alimenté par une PLANAR 1, 2 voire 3 de la même marque, alors là, on fait moins le malin… les timbres sont bien ceux qui font la signature de REGA depuis toujours, chaleureux bien que précis, ou l’inverse, avec une image sonore ample et confortable. Bien sûr le BRIO va plus loin dans ce dernier domaine, mais à quelque deux fois son prix. (Nous avons rôdé l’engin avec la paire d’enceintes la plus proche, un coup de flemme… il s’agissait des Toscane de PEL, et bien croyez moi, l’avorton ne s’en est pas si mal sorti, mais chut, ne le dites pas aux puristes). Ce IO est une excellente affaire pour les amateurs de vinyles qui ne veulent pas mettre la bague de Grand-Maman au clou. Deux entrées haut niveau, une entrée phono MM, une prise casque, c’est tout, ah si, une télécommande ! Minimaliste mais terriblement efficace. L’objet chauffe pas mal, classe AB oblige. Il faut aussi noter que le IO, comme ses grands frères, est construit en Angleterre. Roy Gandy, le fondateur, ne voulant pas faire grossir outre mesure son entreprise, la constante la plus énervante de la marque, c’est qu’il faut parfois faire la queue, longtemps, pour obtenir ses commandes, aucun passe droit !

L’amplificateur REGA IO est disponible à l’écoute à l’Auditorium ! N’hésitez pas à venir l’écouter et pourquoi pas faire une écoute comparative et prendre le temps avec un de nos experts . Nos Auditoriums sont la pour ça, avec la bonne acoustique et les bon câbles vous n’aurez pas de meilleure première impression !

REGA IO : 490 €

PE LEON TOSCANE : merci Pierre Etienne !

PEL ToscaneChaque fois que je voyais l’ami Pierre Etienne, ou que je l’avais au téléphone, je lui réclamais une enceinte colonne plus démocratique que la Kantor, une remplaçante à ses beaux succès Engy, Enzo, ou Murano. C’est chose faite, et après quelques heures d’écoute, je vous confirme que c’est chose bien faite ! Pierre Etienne est un perfectionniste, et si cette référence n’est pas apparue plus tôt, c’est qu’il n’avait pas trouvé le moyen de fabriquer l’enceinte digne de lui au tarif souhaité. En faisant fabriquer la caisse en Europe, (mais pas en France), il y est arrivé, tout en conservant l’assemblage en ses locaux, les Toscane, comme tous ses autres modèles, étant assemblées, mesurées et contrôlées par paire. Donc, d’abord, ce qui frappe, c’est la qualité de fabrication des bêtes, elles sont vraiment élégantes tout en étant « classiques » dans leur présentation, mais des détails ne trompent pas, comme la qualité du veinage du placage,  le bornier d’origine Mundorf, le tweeter issu de chez SEAS, le socle conçu spécifiquement pour l’enceinte, évolutif par la suite avec un cône central de la marque… le magicien Léon a voulu que ses nouveaux bébés sonnent et soient vues comme des grandes. Bien sûr, elles bénéficient du principe de charge interne Cross Flow, principe de cavités couplées acoustiquement, qui est la signature de PEL. Les Toscane doivent donc être vécues comme des baby-Kantor, et non des enceintes au rabais ! D’ailleurs, ce qui frappe dès les premières notes, ce sont d’une part l’ampleur du grave pour des colonnes de cette « petite » taille, et d’autre part la dimension de la scène sonore. Ecoutez donc dessus le dernier disque de Jimmy Heath, n’importe quelle plage, les derniers enregistrements de ce monstre discret avant sa mort, vous verrez ce que je veux dire. Pour le reste, c’est du PEL tout craché, juste et élégant, sans jamais avoir l’impression de peiner, de projeter, d’en faire trop, beaucoup plus Lord Sinclair que Danny Wilde… Rafraichissant avant cet été qui s’annonce chaud et masqué !

PEL Toscane : 2700 € la paire

Back to top