Loading the content...
Navigation
adresseAuditoriumNantes
Tag archives for:

Enceintes

BOWERS & WILKINS nouvelle série 800 D4 : évolution ou révolution ?

Nous commençons à recevoir la nouvelle série 800 D4, nouvel opus de l’aventure du très haut de gamme de chez Bowers & Wilkins. Pour passer très vite sur la genèse de ces bijoux, sachez simplement que B&W améliore inlassablement depuis 40 ans cette vision de John Bowers, qui voulait créer les meilleures enceintes de hifi et de studio du monde. Pour le reste, le site de B&W est excessivement bien fait…Inutile d’espérer que je vous livre ici nos premières impressions d’écoute, les bêtes ont besoin d’un long rodage, et nous, nous avons besoin d’affuter nos oreilles et de jouer avec… Non, tout ce que je vais tenter de vous décrire aujourd’hui, ce sont nos premières impressions esthétiques, les modifications les plus criantes par rapport à la génération précédente. Visiblement, le plus gros travail a été effectué sur la rigidité et donc la neutralité du coffret. De grosses quantités de plaques d’aluminium, judicieusement disposées, rendent ces magnifiques objets encore moins susceptibles de communiquer une quelconque coloration ou distorsion. Une nouvelle suspension en composite remplace aussi la suspension en tissu du medium en continuum, pour des raisons similaires. Enfin, un habillage de cuir sur le dessus, ainsi qu’une nouvelle finition viennent compléter ce tableau. B&W ne faisant jamais les choses à moitié, une vidéo extrèmement bien faite décrit ces différents points. A première vue, donc, ce nouvel opus est plus une évolution qu’une révolution, contrairement à la précédente génération, la D3. Elle avait été complètement remise à plat, inaugurant en particulier cette nouvelle méthode de formage des coffrets, et le nouveau matériau des mediums, le continuum, qui a fait basculer cette série dans un autre monde. L’écoute nous dira si je me trompe ici ou non ! Deux enceintes centrales sont aussi disponibles, pour construire un système 5.1 vraiment exceptionnel. Avis aux amateurs, Il nous reste deux de nos modèles d’exposition, une 802 D3 noire, et une 803 D3 blanche sur lesquels nous faisons des prix trés intéressants, elles n’ont que l’inconvénient d’être rodées… n’ayant jamais quitté notre auditorium (voir la page occasion).

B&W 805 D4 : 8000 € la paire 804 D4 : 12500 € 802 D4 : 26000 € 801 D4 : 35000 €

La nouvelle gamme EMIT

Nous venons de recevoir la nouvelle gamme EMIT de Dynaudio, une toute nouvelle mouture des « anciennes » Emit M10, M20… le premier pas dans le monde de la marque danoise. Mais plus qu’une évolution, cela ressemble à une révolution, à tout le moins à un sérieux putsch ! L’information était sous embargo depuis plusieurs semaines, et Dynaudio avait soigneusement protégé cette sortie, à la façon d’Apple… Pour tout vous dire, nous ne faisions pas l’ancienne gamme Emit, qui ne faisait pas partie de nos enceintes sélectionnées dans leur gamme de prix. Sur leur descriptif, ces nouvelles enceintes ont par contre tous les atouts pour devenir de nouvelles étoiles dans le ciel de la Hifi abordable. Nous avons craqué, vous aurez nos commentaires d’écoute dans quelques semaines, après rodage et tests. Dans l’immédiat, ce que je peux vous révéler sans risque de me tromper, c’est qu’esthétiquement, tout change. Sans réinventer l’esthétique de l’enceinte, elles s’intégreront avec élégance dans n’importe quel intérieur, ce qui n’était pas forcément le cas de la gamme précédente. Super bien fabriquées, les caisses sont en MDF de 18mm, avec tous les renforts qui faut là où il faut, un matériau amortissant qui ne semble pas les étouffer, pas de vis apparentes autour des transducteurs, un baffle avant avec une superbe laque satinée, cela respire le sérieux et la belle qualité. Pour la musicalité, elles misent sur le tweeter Cerotar de leurs grandes sœurs, les EVOKE, et sur des mediums et woofers basés sur la même série. Dynaudio nous a cependant assuré qu’elles ne sonnaient pas tout à fait aussi bien que les Evoke… Vu la différence de prix, cela poserait problème ! mais visiblement les hommes de Dynaudio sont très fiers de leurs derniers bébés. La gamme est sobre, deux biblio destinées à des surfaces de 20 à 35 m2, deux colonnes pour les pièces au-delà, avec une « grande » 50 assez impressionnante, destinée aux grands espaces. Dynaudio dans son histoire a sorti nombre de références qui restent dans les mémoires des audiophiles, je gage que ces EMIT resteront dans l’histoire comme les premières enceintes Haute Fidélité de nombre d’amoureux de la musique. Profitez de l’été pour venir les écouter !

EMIT 10 : 730 € la paire    EMIT 20 : 950 €      EMIT 30 : 1500 €     EMIT 50 : 2000 € 

EMIT 25C (enceinte centrale) : 680 € l’unité

DYNAUDIO HERITAGE : EDITION LIMITEE..

Que ce soit tout de suite clair, ces enceintes n’ont de limité – 2500 exemplaires pour le Monde – que le titre, elles nous ont littéralement renversé, mais rembobinons…Dynaudio a un talent particulier pour concocter de loin en loin des « séries spéciales », séries limitées hors de toute gamme, dans lesquelles les concepteurs de la marque déversent tous leurs fantasmes et leur talent. On se souvient avec émotion de l’extraordinaire succès des « 25ième anniversaire », la DYNAUDIO HERITAGE ne revendique aucune particularité esthétique marquée, autre que la volonté de revenir aux sources. Le postulat est en effet d’utiliser les meilleurs composants de la marque, dans un format hyper compact : le tweeter est un ESOTAR 3, présent dans la gamme Confidence, c’est le tweeter le plus évolué jamais produit par Dynaudio – le woofer 18W75 XL SPECIAL est décliné du HP de légende qui équipait l’Evidence des enceintes à plus de 80 000 € – le filtre utilise des composants du fabriquant allemand Mundorf, dont les condensateurs Evo Oil, le top actuel – le câblage vient de chez Van Den Hull, et les connecteurs sont des WBT 710 Nextgen. Tout cela hébergé par un cabinet en MDF de 19 mm plaqué en noyer d’Amérique harmonisé par paire, avec renforts internes et enduit bitumineux. Un concentré de savoir-faire qui va bien au-delà de la simple volonté de faire une enceinte vintage comme certains esprits chagrins pourraient le penser. Lorsqu’elles se mettent à chanter, ce qui frappe tout de suite, c’est la Présence, tout est là, à sa place, et c’est large, profond, tout simplement vrai. Que vous dire de plus, elles descendent dans le grave beaucoup plus que leur taille ne le laisserait soupçonner, mais sans artifice aucun. Lorsque l’on choisit de référencer une paire d’enceintes, une électronique, un câble… on écoute nos disques références en s’arrêtant sur les détails qui font la différence. Ces Heritage, nous les avons écoutées à peine 5 mn en équipe, nous avons pris notre décision, et ensuite nous avons écouté de la musique, longtemps… C’est pour cela qu’elles sont faites. Mais attention, il n’y en aura que 2500…

Dynaudio HERITAGE : 6000 € la paire

Site de Dynaudio

MAGICO : c’est du lourd !

MAGICO A1J’écris ces lignes rapidement car, sans vouloir vous manquer de respect, j’ai en effet autre chose à faire, on vient de nous livrer nos nouvelles Magico A1 et je brûle d’impatience d’aller les titiller… mais il était aussi crucial de vous faire part de cette délicieuse nouvelle : l’Auditorium distribue désormais la célèbre marque américaine. MAGICO est tellement connue dans notre profession pour sa démesure, en terme de taille, de poids, de prix, qu’à vrai dire je n’y avais jeté qu’une oreille distraite et pleine d’à priori lors de divers salons, rien qui me permette d’aller plus loin. Il y a quelques mois, Romain, l’ami importateur de Magico a insisté pour nous faire écouter les nouvelles A1. Cela représente un courage certain, vu le poids des bêtes, je n’ai pas pu me défiler. Heureusement, les à-priori n’ont pas la peau dure lorsqu’il s’agit de sa passion, et nous n’avons mis que quelques minutes à nous intéresser au phénomène. Ces petites enceintes, lourdes, très lourdes certes, mais si petites font un tel gros son, avec une aisance si tranquille, que les uns comme les autres nous avons passé nos morceaux références et nous n’avons pas mis longtemps à décider comme un seul homme que cette marque devait nous rejoindre, comme il est dérisoire d’avoir des préjugés ! Je prendrai un peu plus de temps dans quelques jours pour vous décrire plus avant l’expérience A1, et à la rentrée, pour organiser des journées d’écoute, si les petits machins nous laissent tranquilles !

Les magnifiques MAGICO A1 sont disponibles à l’écoute à l’Auditorium ! N’hésitez pas à venir les écouter et pourquoi pas réaliser une écoute comparative et prendre votre temps avec un de nos experts. Nos Auditoriums sont là pour ça et avec la bonne acoustique et les bons câbles vous ne trouverez pas meilleure première impression !

DYNAUDIO CONFIDENCE 30 : encore mieux !

CONFIDENCE 30Force est de constater que le processus d’acquisition de grandes marques US ou européennes par les asiatiques, chinois ou coréens, s’accélère. La plus importante transactions ces dernières années étant le rachat du groupe Harman (Arcam, Mark Levinson…) par Samsung. Dynaudio a subi le même sort il y a 5 ans avec Goertek un groupe chinois. Dans ces cas, le premier réflexe est d’anticiper des transferts de technologie massifs vers ces pays acheteurs. Je vous avoue humblement avoir réagi aussi bêtement que cela, et Dynaudio avait disparu de nos auditoriums, aucune vision à long terme n’étant disponible à ce moment, et les nouveautés se faisaient rares. Pourtant nous les avions tant aimées, ces C1, C2, 25 ième anniversaire… En fait, c’est dans l’autre sens que cela s’est passé. Plus…

Devialet, Cabasse, les enceintes connectées sortent du bois !

En cette fin d’année, Devialet qui régnait en maître sur l’univers des enceintes connectées haut de gamme avec ses PHANTOM, propres à remplacer une chaine haute fidélité de qualité, mais aussi de faire décoller votre toit un soir de grosse fiesta, avec style et raffinement, voit poindre derrière la colline des concurrents sérieux. D’abord dans son propre camp, avec la REACTOR, une phantom miniature qui arrive en deux versions, 600 et 900 watts (sic!). Miniature au point que nous n’étions pas loin, en fait très proches, de rigoler franchement lorsque nos amis de Devialet ont sorti leur presque prototype de sous le bras, jusqu’à ce que nous l’écoutions. Un vrai gros son, avec tout ce que l’on peut attendre, et plus, d’une enceinte de ce prix. Alors tout n’est pas encore parfait, la stéréo, ni le multi room (mode party) ne sont encore possibles, ces fonctions seront activées en 2019, la complémentarité avec les grandes soeurs, ainsi qu’avec la gamme EXPERT des amplis n’est pas encore évidente, en dehors de l’utilisation de ROON. Mais tout cela se met en place, et nous connaissons et faisons confiance à la pertinence de l’écoute des devialet-men en ce qui concerne les retours d’expérience clients. Pour ce qui est de la description technique, le site Devialet est incontournable, je n’aime pas recopier ! Pour ce qui est de l’écoute, là, c’est nous qui sommes indispensables ! Les Reactor sont en pré-commande, livrables entre fin novembre et le 15 décembre.

L’autre compétiteur est la PEARL de CABASSE. Cocorico, les deux vraies enceintes sans fil compactes de qualité audiophile sont françaises. Cette Pearl est une vraie bonne surprise, on retrouve le son Cabasse des enceintes coaxiales que l’on aime, Riga voire Baltic, la qualité du haut parleur coaxial de cette Pearl est vraiment surprenant, doux et expressif à la fois, je vous avoue que nous n’attendions pas cette enceinte à ce niveau. Il est encore un peu tôt pour vous faire un test complet, nous n’avons pu en avoir qu’une, elles sont réparties au compte gouttes pour l’instant sur le territoire, et nous sommes peu à pouvoir vous la faire écouter. Pour l’effet stéréo, il faudra donc attendre un peu, sachant que ce que nous entendons nous laisse présager de très belles choses. Le logiciel est relativement convivial (nous vous en dirons plus après l’avoir plus longtemps torturé), et cette Pearl peut se glisser en toute facilité dans l’écosystème Cabasse, au milieu des autres matériels connectés. Nous croyons beaucoup au développement des enceintes sans fil, qui résolvent pas mal de problèmes acoustiques, et permettent de faire rentrer la musique de qualité dans (presque) tous les foyers, alors l’occasion est belle de venir comparer ces représentants d’une nouvelle branche de la Haute Fidélité, à laquelle appartiennent aussi, d’une façon plus conventionnelle, les CALLISTO de DALI.

REACTOR 600 : 990 €   REACTOR 900 : 1290 €    THE PEARL : 2790 €       (l’unité)

YAMAHA NS-5000, évolution d’une légende

ns-5000J’avais été intrigué aux détours de divers forums et comptes rendus de visites de shows internationaux par les allusions à la nouvelle enceinte haut de gamme de Yamaha. Cette NS-5000 était fréquemment repérée comme étant la plus belle écoute des salons, devant des monstres et références beaucoup plus connues et huppées (« The speaker that most impressed me at TIAS 2016 (Tokyo International Audio Show)was Yamaha’s NS-5000… Doug Schneider). Et puis Sébastien, au retour du salon de la hifi parisien de cet automne, m’a ressorti exactement la même phrase – en français. J’ai donc creusé le sujet, pris langue avec nos amis de Yamaha, et, 6 mois après, dès leur sortie en France, les bêtes sont là. Trop tôt pour vous faire un compte rendu précis d’écoute, attendons qu’elles soient rodées, et ce sera long, mais les premières impressions sont enthousiasmantes. L’objet est on ne peut plus vintage, la forme ayant peu évoluée depuis les classiques NS 1000 de 1974, alors que pour faire du grave, il nous fallait de grosses gamelles. Elles tranchent dans notre auditorium avec les formes élancées de ses voisines, et avec leur finition laque piano – eh oui, Yamaha fabrique aussi parmi les plus beaux pianos du monde – elles sont tout simplement belles. On n’attend en règle générale pas Yamaha sur le terrain de ces enceintes haut de gamme, mais les aficionados savent que cette ligne d’enceintes a toujours été chérie par la marque nipponne. Trois ingénieurs travaillent uniquement sur cette référence, héritière d’une longue lignée de légende, qui ressemble au croisement d’une enceinte de bibliothèque géante et d’une enceinte de studio habillée pour le bal. Juste quelques éléments techniques pour vous donner envie de venir les écouter, Le tweeter à dôme, le medium à dôme et le magnifique 30 cm sont tous en Zylon, un matériau tressé virtuellemnt indestructible, mais léger et doté d’une élasticité optimale. Un héritier du béryllium utilisé sur les références précédentes, mais dénué de certains pics de résonance caractérisant les matériaux durs. Il est vrai que ce qui frappe à la première écoute, c’est la douceur de la restitution, pourtant couplée à une rapidité à toute épreuve. Pour l’anecdote, la caisse est fabriquée dans un contreplaqué issu de bouleau blanc de l’île d’Hokkaido, sélectionné pour ses propriétés acoustiques. Pour supprimer les résonances de caisse, point de matériau absorbant, mais des chambres accordées matérialisées par des tubes de longueurs différentes situés à l’arrière du medium et du tweeter. La finition est évidemment en laque piano noire, comme sur les pianos de la marque, contribuant à la solidité générale et à la suppression des micro vibrations. Tout ça fait des belles bêtes de 35 kgs, 43 kgs avec leurs pieds ! Une vraie expérience sonore que je brûle de partager, d’autant que ces bestioles seront rares en France.

YAMAHA NS-5000 : 15000 € la paire avec pieds SPS-5000.

APERTURA ARMONIA et ONIRA

[media-credit id=2 align= »alignleft » width= »211″][/media-credit]Christian Yvon, le papa des Apertura, n’est pas trés médiatique, et l’on entend moins parler de ses créations que d’autres, et pourtant ! Nous étions des inconditionnels des THEMA, des ALTRA et ALTRA Signature, transparentes, homogènes, capables de restituer une scène sonore incroyablement large et aérée. Les ARMONIA et ONIRA, les nouvelles petites filles du susnommé ont gardé de la génération précédente leurs formes trés particulières, peut être encore plus harmonieuses parce plus galbées. Mais la filiation va plus loin, la même recherche d’aération, d’homogénéité est patente, mais le résultat est encore plus convaincant. Cela est certainement dû à la remarquable construction de ces magnifiques objets, nos dos se souviennent encore de leur poids lorsque nous les avons montées dans nos auditoriums… Un autre point sur lesquelles les belles ont progressé, c’est certainement leur facilité, en tout bien tout honneur. Nous n’avons pas encore provoqué de mariage raté, ce qui pas dire qu’il ne faille pas faire attention à ces épousailles, les promises ont quelque chose d’aristocratique qui ne me parait pas supporter la médiocrité. Enfin, le jugement final vous reviendra, ne croyez que ce que vous entendez ! mais je suis prêt à parier ma chemise que vous tomberez sous le charme, comme nous l’avons fait, en bien peu de temps…

APERTURA ARMONIA : 3550 € (merisier mat) APERTURA ONIRA : 8750 € (palissandre laqué)

Back to top