Navigation
adresseAuditoriumNantes
Tag archives for:

haute fidélité

APERTURA ARMONIA et ONIRA

[media-credit id=2 align= »alignleft » width= »211″][/media-credit]Christian Yvon, le papa des Apertura, n’est pas trés médiatique, et l’on entend moins parler de ses créations que d’autres, et pourtant ! Nous étions des inconditionnels des THEMA, des ALTRA et ALTRA Signature, transparentes, homogènes, capables de restituer une scène sonore incroyablement large et aérée. Les ARMONIA et ONIRA, les nouvelles petites filles du susnommé ont gardé de la génération précédente leurs formes trés particulières, peut être encore plus harmonieuses parce plus galbées. Mais la filiation va plus loin, la même recherche d’aération, d’homogénéité est patente, mais le résultat est encore plus convaincant. Cela est certainement dû à la remarquable construction de ces magnifiques objets, nos dos se souviennent encore de leur poids lorsque nous les avons montées dans nos auditoriums… Un autre point sur lesquelles les belles ont progressé, c’est certainement leur facilité, en tout bien tout honneur. Nous n’avons pas encore provoqué de mariage raté, ce qui pas dire qu’il ne faille pas faire attention à ces épousailles, les promises ont quelque chose d’aristocratique qui ne me parait pas supporter la médiocrité. Enfin, le jugement final vous reviendra, ne croyez que ce que vous entendez ! mais je suis prêt à parier ma chemise que vous tomberez sous le charme, comme nous l’avons fait, en bien peu de temps…

APERTURA ARMONIA : 3550 € (merisier mat) APERTURA ONIRA : 8750 € (palissandre laqué)

DCS PUCCINI : tout au sommet

 

DCS PUCCINI, tout au sommet ….

Vous aurez lu dans les précédentes lignes que nous croyons très fort dans le développement de la musique dématérialisée, mais nous n’anticipons pas pour autant une mort brutale du CD, plus, nous cherchions depuis quelques mois une source CD sans concession, un juge de paix nous permettant de goûter et juger tous les autres maillons que nous sommes appelés à référencer. DCS s’est imposé sans aucune hésitation, le PUCCINI est extraordinaire ! Il y a en effet une sorte d’incompatibilité entre l’hyper résolution, la précision extrême, et la musicalité, beaucoup de lecteurs CD très haut de gamme extraient tellement de choses du CD que l’émotion semble ne plus avoir sa place. DCS évite cet écueil avec brio, cela a été pour nous une très grande découverte et un grand choc. Le PUCCINI est transparent, neutre, rapide, et profondément musical, et c’est – à près de 19000 € avec son horloge, tout de même – le plus petit de la gamme. J’attends avec impatience notre futur salon pour écouter les grands frères, SCARLATTI et PAGANINI… DCS est décidément l’un des, sinon le plus grand spécialiste mondial de la lecture numérique.

Ce qu’en disent nos amis anglais : ‘I can’t overstate how much I enjoyed music through the Puccini/U-Clock; it was absolutely enthralling on CD, SACD and high resolution sources. This is a digital front end I could live with for the rest of my life. »   (Robert Harley, The Absolute Sound)

 

DCS PUCCINI : 16600 €     horloge PUCCINI U-Clock : 4500 €  (prix juillet 2015)

 

PRIMARE I32 CD32 : succéder à l’irremplaçable


PRIMARE est une de nos marques préférées, la championne du rapport musicalité/prix toutes catégories. Vous êtes nombreux à profiter avec délectation de votre extraordinaire couple I30, CD31, tout en délicatesse, douceur, et plaisir d’écoutes. Nous nous demandions ce que ces suédois pourraient faire de mieux, et nous étions, il faut vous l’avouer, un rien inquiets, pourquoi changer un tel duo gagnant ? Eh bien, nous avions tort, le nouveau tandem 132 CD32 va encore plus loin en terme de précision et d’ouverture. Comme toujours chez Primare, les objets sont magnifiques et bien construits. Enfin, l’amplificateur est évolutif, il pourra accueillir un module optionnel qui offrira la possibilité de recevoir directement du flux numérique depuis Internet, ou d’autres PC, ou tout autre support.


PRIMARE CD32 : 2490 €       I32 : 2490 €


P-E LEON MAESTRAL : vent de génie !


Une nouvelle enceinte de Pierre Etienne, c’est toujours un événement, et lorsqu’il nous a dit d’un air gourmand « puis je passer la semaine prochaine, j’ai quelque chose à vous faire écouter, je crois que vous allez aimer », nous avons attendu cette rencontre avec impatience. Les MAESTRAL ne sont pas les plus imposantes des enceintes, et pas non plus les plus m’as-tu-vu, Pierre-Etienne ne saurait pas faire, mais elles sont remarquablement bien finies, leur laque est magnifique, sobre et classieuse. Je vous passerai le descriptif technique des composants utilisés, vous les trouverez sur tout site bien informé, mais l’écoute, elle… Nous les avons branchées sur un de nos petits chéris, le PASS LABS INT-30, avec le REGA ISIS en source, alimenté par les Utopies d’Hadouk Trio . Tout a filé droit tout de suite, les percussions tellement émouvantes de Steve Shehan sont toutes là, au bon endroit, à la bonne hauteur, sans gonflement excessif, la sensualité des lignes mélodiques de Didier Malherbe s’est faite urgente, les enceintes n’existaient plus dans la salle, c’est une sensation rare, je vous le garantis. A la fin de Suave corridor, j’ai été tout surpris de les retrouver devant moi. Bien évidemment, depuis ces premières minutes magiques, qui m’ont fait référencer immédiatement les belles, nous les avons mariées avec beaucoup d’autres amplificateurs, câbles et lecteurs de tous poils. Je vous le dis tout net, les Maestral sont parmi les enceintes les plus faciles à alimenter, à marier, et à positionner que je connaisse. Bien entendu, elles vous remercieront au centuple des efforts que vous ferez en amont, mais elles peuvent vous amener loin, trés loin, j’ai entendu des enceintes qui coutent le prix de deux ou trois paires de Maestral qui n’atteignent pas leur naturel et leur image. Pierre-Etienne n’est pas trés prolixe, mais avec sa gamme KANTOR2, ALLEGRIA, MAESTRAL, sans oublier les « vieilles » QUATTRO+, j’ai l’impression qu’il a découvert une recette extraordinaire.


PE LEON MAESTRAL : 12000 € la paire

SOOLOOS, un serveur exceptionnel

Accéder à toute sa discothèque, du bout du doigt, simplement, en une fraction de seconde, avec une qualité digne d’un super lecteur de CD, un rêve d’audiophile fiévreux ? non, c’est le pari – réussi – de SOOLOOS avec leur nouveau serveur Control 15.  Le pionnier des serveurs audio s’est en effet allié récemment avec le pape du numérique, MERIDIAN (j’avais écrit « marié », mais pour un pape…), et cela s’entend. Nous avons connu les différents essais et tâtonnements de différentes marques pour proposer des serveurs intelligents et pratiques, il faut bien avouer que celui là les relègue tous au rang d’amateurs. Le génie de SOOLOOS tient en effet dans sa remarquable simplicité : pour enregistrer un disque, insérez le dans le slot prévu à cet effet, la machine ira sur la toile chercher toutes les méta données disponibles, depuis la pochette de l’album, jusqu’aux noms des musiciens, les bases utilisées ne sont que rarement prises en défaut, si c’est le cas, un logiciel très intuitif vous permettra de compléter les données. Pour choisir un disque ou un morceau, une pression du bout du doigt sur l’écran tactile, en deux « clics » maximum, le morceau choisi jaillira de vos enceintes. Le serveur peut évidemment servir de base à un système multi pièces, dont le contrôle pourra se faire par l’intermédiaire de votre Iphone ou Ipad préféré… les possibilités sont innombrables, je vous encourage à venir les découvrir à l’Auditorium, et à écouter ses performances musicales, relié à un bon convertisseur – Rega, Cyrus, DCS, NAIM…- le naturel de la restitution est confondant. Une bien belle découverte et une grande fierté pour nous d’avoir été choisis comme partenaire pour l’Ouest. Par ailleurs, du fait de son mariage avec MERIDIAN, ce serveur s’interface avec une facilité déconcertante avec les systèmes de la marque, pour pouvoir bâtir des solutions multi pièces design et ergonomiques. Venez en particulier découvrir l’ensemble Audiocore + enceintes DSP3200 : craquant et impressionnant !


NAIM arrive à l’Auditorium


NAIM est une des marques emblématiques de la Haute Fidélité anglaise. Plus à l’écart des modes, cela n’existe pas. Je gardais en mémoire les tristes boites verdâtres de ces électroniques, (mais c’était il y a dix ans, la simplicité du design est aujourd’hui… évidente), mais dedans, l’innovation et la passion n’ont cessé d’animer ces fous de musique. Un profil proche du nôtre, mais chaque fois que nos parcours se sont croisés, soit Naim, soit l’Auditorium n’était pas prêt à recevoir l’autre…C’est aujourd’hui une anomalie réparée. Le son Naim est particulier, comme beaucoup d’autres marques, son but est de reproduire l’essence de l’émotion voulue par le ou les musiciens, mais sa particularité, c’est qu’elle n’essaie jamais d’en faire plus, concentrée sur la cohérence et l’émotion plutôt que sur l’espace et le désir de plaire. C’est certainement pour cela que c’est une des marques préférées des musiciens. Je n’ai pas encore assez de recul pour vous en parler plus longuement, mais le nombre de références que nous avons sélectionnées dans une gamme très étendue nous promettent de longues heures d’écoute, de dégustation et d’apprentissage… par ailleurs, alors que la marque a mis plus de dix ans à emboîter le pas de la technologie CD, la jugeant insatisfaisante, elle s’est investie lourdement sur les nouveaux moyens de conversion, de stockage et de diffusion, accompagnant ainsi la profonde mutation de l’écoute musicale que nous pressentons nous aussi (voir plus haut…). La gamme UNITI promet d’être un de nos best sellers dans l’intégration de la musique de qualité dans toute la maison, sa mise en œuvre est simplissime.




Back to top