Navigation
adresseAuditoriumNantes
Tag archives for:

rega

VINYLE, QUAND TU NOUS TIENS !

Je parle bien entendu de disques vinyle ! Nous avons toujours proposé des platines vinyle, mais force est de constater que nous en vendons de plus en plus, et surtout que nos acheteurs ne sont pas que des audiophiles de plus de 50 ans à la recherche des émotions de leur jeunesse, mais aussi des jeunes voire très jeunes adultes pour qui le disque noir n’est aucunement une madeleine ! Philippe et Christophe, nos vieux de la vieille dans le domaine, écoutent, règlent, réparent et aiment ces platines depuis plus de 25 ans, ils ont de plus en plus de boulot ! Nous avons choisi de représenter deux marques, REGA, avec qui nous travaillons depuis quatre décennies…, la simplicité faite platine, le tenant du less is better, et depuis quelques années PRO-JECT, le plus grand vendeur mondial de platines. Leur point commun est que toutes leurs fabrications sont faites en Europe (en attendant le Brexit…), et que pour eux une platine est tout sauf un objet à la mode. En effet, ce retour aux sources de l’analogique n’a pas échappé aux tableurs des analystes des tendances du marché de l’audio, et de nombreuses marques se sont remis à fabriquer (ou à faire fabriquer…) des platines. Mais la beauté et le charme de l’analogique est justement sa simplicité, et ce qui sépare une bonne platine d’un objet quelconque, c’est le savoir faire, qui se chiffre en dizaines d’années dans les cas de Rega et de Pro-ject. De la P1 à la magique RP10 pour Rega, de la VTE à l’impressionnante Signature pour Pro-ject, l’Auditorium est aussi la maison du vinyle, il y a peu d’endroits en France où vous trouverez autant de références à l’essai ! Ajoutez à cela les cellules Rega, Grado, Ortofon, Sumiko, les accessoires divers et variés de nettoyage et d’entretien, vous ne pourrez plus vous passer de nous… Et bien sûr, nous ne livrons pas des cartons, mais des platines réglées et équilibrées !

REGA P6, cellule ANIA

rega-planar6REGA continue sa quête de perfection sur l’ensemble de sa gamme et fait évoluer la célébrissime RP 6, qui pour l’occasion reprend le nom de PLANAR 6. REGA est une entreprise atypique, qui ne fait pas de publicité, mais son succès et son aura ne se démentent pas, portés par plus de 40 ans de passion et d’expérience dans le vinyle. La haute fidélité, cela semble être cela, surtout l’analogique, des heures de recherche pour améliorer des petits détails, pour extraire encore plus d’informations, plus de musique de ces supports imparfaits par rapport au live que sont les disques enregistrés. L’expérience est essentielle lorsque l’on parle de disques noirs, une marque comme REGA a donc des années lumière d’avance par rapport à tous ceux qui ont choisi de s’engouffrer ces dernières années, voire derniers mois sur ce marché en pleine expansion. Alors la RP6 possède une nouvelle plinthe, issue des grandes soeurs RP8 et RP10, un nouveau bras, un nouveau sous plateau, une nouvelle alimentation, la Neo PSU, chacune étant manuellement accordée avec sa platine, son moteur, pour limiter les vibrations. Parallèlement une nouvelle cellule MC a été développée, pour accompagner ce nouveau bijou, l’ANIA. La combinaison des deux, à ce niveau de prix, est fantastique, il y a plus d’émotion, plus d’ouverture, plus de proximité qu’avec sa devancière. Un nouvel incontournable de nos fantasques anglais !

Planar 6 seule : 1290€           avec cellule EXACT : 1560€            avec cellule ANIA : 1840 €

REGA ELEX-R, un sacré cocktail pour l’été

REGA n’étant pas la plus prolifique des entreprises de haute Fidélité, chaque nouveauté de nos amis anglais se doit d’être traitée avec le plus grand soin. Cela fait plusieurs années que la dénomination Elex n’avait plus été utilisée, les regamen ont l’habitude de ne pas changer le nom de leurs électroniques. Plus…

Merveilleuse REGA RP10

Tout à l’heure, je sortais de – vous savez bien ! – la tête pleine de ce que j’avais à faire, un devis particulièrement ardu, l’implantation du showroom intégration à La Baule, et je suis passé devant l’Audi4, où la RP10 est en cours de rôdage. Avant de rentrer aux– vous savez bien…- j’avais posé l’immortelle galette de Lou Reed, Coney Island Baby, sur le couvre plateau tout fin de notre nouveau joujou. La voix éraillée du merveilleux sinistre m’a littéralement appelé, je me suis assis sur le canapé, et j’ai tout oublié, pris par l’ambiance toute particulière de l’album. Alors vous trouverez un peu partout sur le net des descriptions techniques détaillées de toutes les innovations et améliorations que représente le nouveau bébé de REGA, ce que que je peux vous dire, c’est que la magie a joué tout de suite, la musique s’est imposée sans effort, alors qu’une quantité d’informations incroyable se frayait leur chemin dans mon esprit calmé. Je n’avais par exemple jamais remarqué la sonorité très mate et bizarre du pied de grosse caisse sur Kicks, mais bizarrement, ce niveau d’analyse ne venait en rien oblitérer la Musique, la magie. La RP10 est un miracle à ce prix ! pour le plaisir j’ai traduit un petit texte de Roy Gandy exposant sa philosophie de conception, celle qu’il met en œuvre depuis 40 ans. Un peu corrosif, mais quand on écoute ses platines, on a toutes les raisons de le suivre.

« Conception de platine vinyle et croyances

Aujourd’hui, il existe de nombreuses approches dans la conception de matériel Hi-Fi qui relèvent de principes électroniques et de conception établis et référencés. La conception d’amplificateurs et d’enceintes dispose d’une abondante documentation constituée par  d’excellentes publications techniques . Ces sujets reposent sur des critères acoustiques éprouvés , et de nombreux logiciels de conception existent , qui permettent à un presque amateur de concevoir une paire d’enceintes fonctionnant honorablement, sur la base de paramètres acoustiques et mathématiques reconnus .

Parlons maintenant de la conception de platines vinyle : s’agissant de cette source essentielle, nous sommes limités à quelques articles pauvrement documentés décrivant seulement des aspects très limités de leur conception. C’est un sujet plein de mythes et de croyances. Les concepteurs proposent des théories qui vont à l’encontre des lois fondamentales de la physique , utilisent une terminologie fumeuse inexistante dans le monde de l’ingénierie , et construisent des produits plus proches de belles sculptures que de machines de reproduction acoustique. Cela les conduit à vendre des articles coûtant des dizaines de milliers d’euros qui fonctionnent au mieux presque comme prévu et souvent ne fonctionnent pas du tout .

Par exemple, un mythe très répandu est le concept «plus lourd c’est, meilleur c’est  » . Les bases de platines pesant plusieurs dizaines de kilos ne sont pas rares . La réalité est que la base a réellement besoin d’être aussi légère que possible pour éviter des comportements non prévus et empêcher au bruit du moteur d’être transféré au plateau ou au disque . La conception du plateau tombe dans le même délire, et de nombreux plateaux deviennent si lourds qu’il est impossible de concevoir un palier fonctionnant correctement ( et certains si légers que n’importe qui peut entendre l’incohérence de leur vitesse de rotation ) . En fait le plateau a besoin d’être d’ un poids suffisant pour tourner à une vitesse constante à l’intérieur des limites du système de palier et d’entraînement du moteur choisi .

Beaucoup de designers amateurs dans n’importe quel domaine choisissent un axe de développement, un composant, et essayent de parvenir à un extrême en terme de taille , de poids et de qualité . Ils croient que, en poussant une théorie à l’extrême la conception sera « parfaite » . La réalité de toute ingénierie , de toute conception ( et de la vie…) , c’est que la perfection n’est pas possible . Sur la base de cette réalité , l’objectif de Rega a toujours été d’optimiser un mélange de nombreux « compromis  acceptables » amenant le concepteur au plus près de l’ objectif irréalisable de la perfection . »

RP10 : 3965 € sans cellule    – 4765 € avec la cellule Apheta

REGA RS10 : ENCEINTE DE COMPETITION !

rs10Nous avons enfin reçu il y a quelques jours les fabuleuses REGA RS10 que nous avions écoutées avec beaucoup d’enthousiasme avant les vacances. Après rôdage, vous pouvez maintenant vous ruer à l’Auditorium pour les écouter, et attendez vous à un choc. D’abord elles sont belles, toutes en simplicité, avec une face avant très fine, et une profondeur inhabituelle, mais de proportions très harmonieuses, à mon goût. Les boomers sont situés sur les flancs, comme les Regamen ont l’habitude de le faire depuis plusieurs années. Les technologies sont très novatrices, mais je vous laisserai consulter tous les sites imaginables pour en avoir une description, ce n’est pas mon propos. Je n’ai d’autre but ici que de vous donner envie de venir les écouter, et je ne crois pas qu’un descriptif technique soit à même de servir cette ambition. La première claque, c’est la scène sonore, d’une véracité éblouissante, toute en profondeur, en largeur, et en hauteur, une scène, quoi ! ça parait trivial, mais ce n’est pas si courant, à tous les niveaux de prix… Doïna Klezmer se déploie comme rarement et la hauteur des cordes est presque perceptible, bluffant. Pour le reste, on retrouve la patte de Roy Gandy, et la pâte sonore REGA, plus onctueuse que piquante, mais avec tous ses détails. C’est, chaque fois que j’écoute un maillon de la marque, ce qui me frappe le plus, tout est présent, subtil ou jeté à la figure, en fonction de l’âme des musiciens, sans avoir jamais le sentiment d’analyse. C’est beau, très beau, et pas seulement sur l’Osiris de la marque, ces coquines peuvent se marier avec beaucoup d’autres prétendants d’autres marques, sans vergogne aucune. Une magnifique surprise pour cette rentrèe.

REGA RS10 : 9990 € la paire

REGA BRIO-R, l’anti-crise

[media-credit id=2 align= »alignleft » width= »300″][/media-credit]Je n’avais pas encore rien publié sur ce diable de Brio-R, Rega ne nous les envoyant qu’au compte gouttes. Cet intégré a été un vrai choc et un vrai coup de coeur pour l’équipe. Nous aimons le son REGA depuis des lustres et nous pouvons donc être taxés de favoritisme ou de fanatisme dès qu’il s’agit de dire du bien de leur production, c’est en fait tout le contraire. Lorsque l’on aime une marque, comme tout un chacun, nous acceptons mal d’être déçus, et nous sommes beaucoup plus intransigeants déçus que pas convaincus… nos partenaires importateurs et constructeurs en savent quelque chose, ils ont tous eu à vivre au moins une fois un refus de référencement de notre part pour cette raison. Il est bien entendu hors de question de nous poser en juges suprêmes et seuls détenteurs de la Vérité, mais nous vendons beaucoup mieux ce que nous aimons et surtout, nous sommes Libres ! na ! Revenons en au Brio-R, pour tout vous dire, nous ne le trouvons pas assez cher… Il renvoie à leurs chères études nombre d’électroniques plus ambitieuses (un autre mot pour dire chères…) avec son naturel, son aplomb, sa capacité à se marier facilement. D’aucuns esprits chagrins souhaiteraient plus de transparence, de linéarité, de retenue, ou que sais je d’autre, alors que cet enthousiasme vivifiant, cette joie de vivre qui fait s’envoler n’importe quelle partition est une bénédiction, surtout à ce prix – 595 €. Et en plus il se permet d’être raffiné lorsqu’il le faut vraiment. Il embarque une carte phono de trés bonne qualité. Cet intégré devrait être en dotation obligatoire dans toutes les écoles, comme le sont les ordinateurs, c’est l’arme absolue pour séduire tous les budgets un peu serrés, et qui ne veulent pas se contenter des tristes électroniques sans âme auquelles ils pensent être réduits.

Back to top