Navigation
adresseAuditoriumNantes
Tag archives for:

platine

SAMEDI 24 MARS : L’ANALOGIQUE AU SOMMET

Ce samedi, (sessions tout l’après midi) venez écouter et comparer 4 cellules d’exception, la montée en gamme des Cadenza d’Ortofon, montées sur l’exceptionnelle PRO-JECT Signature 10, rentrée depuis peu.

Le renouveau du vinyl, le phénix qui renait de ses cendres, le noir qui n’en finit plus de reverdir… J’en passe et des meilleures, tout le monde en fait des masses sur ces galettes qui reviennent dans notre vie. Il faut tout de même raison garder, nous avons toujours continué à vendre des platines vinyles, et beaucoup de nos clients n’ont jamais arrêté d’en écouter. Par contre, cette vague vinylique laisse éclore dans son sillage d’innombrables objets qui n’ont de platines ou de disques que le nom, beaucoup de fabricants ou marketeurs au tarin affuté ayant flairé la belle affaire. Pour vraiment écouter ce que le vinyle sait faire il faut s’en remettre aux marques qui n’ont jamais abandonné l’objet, aux magasins qui ont continué à faire écouter et prospérer leur stock de disques. Et pour aller au bout de la démarche, écouter un jour une platine d’exception équipée d’une cellule de haute volée. C’est ce que nous vous proposons ce samedi 24 mars, en collaboration avec l’importateur de la marque autrichienne PRO-JECT, un des leaders mondiaux de la platine vinyle.

REGA P6, cellule ANIA

rega-planar6REGA continue sa quête de perfection sur l’ensemble de sa gamme et fait évoluer la célébrissime RP 6, qui pour l’occasion reprend le nom de PLANAR 6. REGA est une entreprise atypique, qui ne fait pas de publicité, mais son succès et son aura ne se démentent pas, portés par plus de 40 ans de passion et d’expérience dans le vinyle. La haute fidélité, cela semble être cela, surtout l’analogique, des heures de recherche pour améliorer des petits détails, pour extraire encore plus d’informations, plus de musique de ces supports imparfaits par rapport au live que sont les disques enregistrés. L’expérience est essentielle lorsque l’on parle de disques noirs, une marque comme REGA a donc des années lumière d’avance par rapport à tous ceux qui ont choisi de s’engouffrer ces dernières années, voire derniers mois sur ce marché en pleine expansion. Alors la RP6 possède une nouvelle plinthe, issue des grandes soeurs RP8 et RP10, un nouveau bras, un nouveau sous plateau, une nouvelle alimentation, la Neo PSU, chacune étant manuellement accordée avec sa platine, son moteur, pour limiter les vibrations. Parallèlement une nouvelle cellule MC a été développée, pour accompagner ce nouveau bijou, l’ANIA. La combinaison des deux, à ce niveau de prix, est fantastique, il y a plus d’émotion, plus d’ouverture, plus de proximité qu’avec sa devancière. Un nouvel incontournable de nos fantasques anglais !

Planar 6 seule : 1290€           avec cellule EXACT : 1560€            avec cellule ANIA : 1840 €

ELAC MIRACORD 90 : re-naissance d’un mythe

miracord-90Pour son 90ième anniversaire , ELAC a ressorti une platine vinyle ! une référence, la Miracord qui avait marqué l’age d’or de la hifi, à la fin des années 40. Contrairement à la majorité des majors de la hifi qui veulent surfer sur le renouveau de la noire galette, ELAC fabrique son nouveau joujou entièrement en Allemagne, dans son usine historique. Nous avons d’abord été séduits par l’objet, beau comme un camion, qui respire la qualité et l’ingéniosité – comme savent si bien le faire les allemands, cela dit sans faire de politique… – puis par l’écoute, et lorsque le ramage se rapporte au plumage, nos oreilles se dressent ! La force du vinyle, sa raison d’être, c’est la proximité, la véracité sans artifice, et là, la Miracord fait très fort, mais la belle surprise, c’est sa vivacité qui lui confère une tenue dans le grave étonnante à ce prix, les impacts sont rapides, profonds, et une élégance dans le haut du spectre, où les voix se détachent avec précision, parfaitement placées en hauteur et profondeur. Pour le reste, c’est une construction allemande, le châssis très lourd en MDF est magnifiquement laqué – vous pouvez même choisir avec un léger supplément et un délai supplémentaire la couleur RAL de votre choix – les pieds en silicone sont conçus pour absorber toutes les vibrations. Le plateau en aluminium de 6 kg prend place sur un second plateau dont l’axe en acier trempé repose sur une bille de rubis (deuxième matériau le plus dur après le diamant) pour atténuer  les frictions. Le moteur est doublement découplé du châssis, avec des matériaux utilisés et maitrisés par ELAC dans la construction de ses HP. Le bras est en carbone, développé spécifiquement pour elle, et accueille de série une excellente cellule développée avec AudiTechnica, basée sur l’AT440, mais vous pourrez aller par la suite encore plus loin ! Je m’arrête là, une belle écoute vaut tous les discours…

ELAC MIRACORD 90 : 2400 € (noir sur blanc ou blanc sur noir ou bois sur noir)

 

PRO-JECT débarque à l’Auditorium

projectNous avons toujours continué à croire au vinyle, comme une source incroyablement musicale pour son prix. Tous nos clients équipés de platines REGA en sont la preuve en musique ! Avec le regain d’intérêt pour le vinyle ces dernières années, nous en sommes simplement arrivés à la conclusion qu’une seule marque de platines dans notre catalogue n’était pas suffisante. Nous nous sommes donc tournés vers une marque aujourd’hui incontournable, par son marché et son catalogue, PRO-JECT. Cette marque autrichienne existe depuis 1990, et s’est imposée depuis comme le leader de ce marché, avec une gamme de plus de 15 modèles allant de moins de 300 € à plus de 10000 €. La volonté de Heinz Lichtegenner, son patron, est de prouver que l’on peut être leader d’un marché, de vendre dans 80 pays, tout en fabriquant en Europe. Pari aujourd’hui réussi, nous ne pouvions donc pas ne pas nous intéresser à Pro-ject lorsque l’importateur de la marque nous l’a proposée. La caractéristique première de Pro-ject est son choix assez unique, dans toutes les gammes de prix, son second intérêt est son rapport qualité prix trés étudié. Nos bien aimées REGA restent incontournables par leur résultat musical, issu d’un savoir-faire et d’une recherche inégalés. Les Pro-ject leur donnent une alternative, à la fois esthétique et technique. la DEBUT CARBON par exemple, le best seller de la marque propose un bras carbone, une alimentation en courant continu, cela dans 7 couleurs de laque, pour moins de 350 € ! On peut choisir en option un modèle équipé de son préampli phono, ou d’un sélecteur électronique de vitesse.

Pour fêter cette arrivée, nous avons décidé de consacrer un de nos auditoriums au vinyle, vous pourrez ainsi écouter, comparer une dizaine de platines à tous les prix dans cet espace unique.

Merveilleuse REGA RP10

Tout à l’heure, je sortais de – vous savez bien ! – la tête pleine de ce que j’avais à faire, un devis particulièrement ardu, l’implantation du showroom intégration à La Baule, et je suis passé devant l’Audi4, où la RP10 est en cours de rôdage. Avant de rentrer aux– vous savez bien…- j’avais posé l’immortelle galette de Lou Reed, Coney Island Baby, sur le couvre plateau tout fin de notre nouveau joujou. La voix éraillée du merveilleux sinistre m’a littéralement appelé, je me suis assis sur le canapé, et j’ai tout oublié, pris par l’ambiance toute particulière de l’album. Alors vous trouverez un peu partout sur le net des descriptions techniques détaillées de toutes les innovations et améliorations que représente le nouveau bébé de REGA, ce que que je peux vous dire, c’est que la magie a joué tout de suite, la musique s’est imposée sans effort, alors qu’une quantité d’informations incroyable se frayait leur chemin dans mon esprit calmé. Je n’avais par exemple jamais remarqué la sonorité très mate et bizarre du pied de grosse caisse sur Kicks, mais bizarrement, ce niveau d’analyse ne venait en rien oblitérer la Musique, la magie. La RP10 est un miracle à ce prix ! pour le plaisir j’ai traduit un petit texte de Roy Gandy exposant sa philosophie de conception, celle qu’il met en œuvre depuis 40 ans. Un peu corrosif, mais quand on écoute ses platines, on a toutes les raisons de le suivre.

« Conception de platine vinyle et croyances

Aujourd’hui, il existe de nombreuses approches dans la conception de matériel Hi-Fi qui relèvent de principes électroniques et de conception établis et référencés. La conception d’amplificateurs et d’enceintes dispose d’une abondante documentation constituée par  d’excellentes publications techniques . Ces sujets reposent sur des critères acoustiques éprouvés , et de nombreux logiciels de conception existent , qui permettent à un presque amateur de concevoir une paire d’enceintes fonctionnant honorablement, sur la base de paramètres acoustiques et mathématiques reconnus .

Parlons maintenant de la conception de platines vinyle : s’agissant de cette source essentielle, nous sommes limités à quelques articles pauvrement documentés décrivant seulement des aspects très limités de leur conception. C’est un sujet plein de mythes et de croyances. Les concepteurs proposent des théories qui vont à l’encontre des lois fondamentales de la physique , utilisent une terminologie fumeuse inexistante dans le monde de l’ingénierie , et construisent des produits plus proches de belles sculptures que de machines de reproduction acoustique. Cela les conduit à vendre des articles coûtant des dizaines de milliers d’euros qui fonctionnent au mieux presque comme prévu et souvent ne fonctionnent pas du tout .

Par exemple, un mythe très répandu est le concept «plus lourd c’est, meilleur c’est  » . Les bases de platines pesant plusieurs dizaines de kilos ne sont pas rares . La réalité est que la base a réellement besoin d’être aussi légère que possible pour éviter des comportements non prévus et empêcher au bruit du moteur d’être transféré au plateau ou au disque . La conception du plateau tombe dans le même délire, et de nombreux plateaux deviennent si lourds qu’il est impossible de concevoir un palier fonctionnant correctement ( et certains si légers que n’importe qui peut entendre l’incohérence de leur vitesse de rotation ) . En fait le plateau a besoin d’être d’ un poids suffisant pour tourner à une vitesse constante à l’intérieur des limites du système de palier et d’entraînement du moteur choisi .

Beaucoup de designers amateurs dans n’importe quel domaine choisissent un axe de développement, un composant, et essayent de parvenir à un extrême en terme de taille , de poids et de qualité . Ils croient que, en poussant une théorie à l’extrême la conception sera « parfaite » . La réalité de toute ingénierie , de toute conception ( et de la vie…) , c’est que la perfection n’est pas possible . Sur la base de cette réalité , l’objectif de Rega a toujours été d’optimiser un mélange de nombreux « compromis  acceptables » amenant le concepteur au plus près de l’ objectif irréalisable de la perfection . »

RP10 : 3965 € sans cellule    – 4765 € avec la cellule Apheta

Back to top